Sommet St-Sauveur n’a pas encore dit son dernier mot!-22 avril 2017

Gris comme un samedi de bruine

À mon arrivée, le gars stationné à côté de moi essaie de me convaincre que le ski ne vaut pas le prix du billet aujourd’hui. Comme je viens juste d’arriver, je le mets en doute. De toute façon, je peux aller voir par moi-même; lui, il quitte. Il est 12:30. Je me change à l’auto. C’est la beauté du ski de printemps; on s’habille dans le parking. Bien entendu, autour de moi c’est le sable, l’asphalte et le petit gravier qui fait grincer des dents quand on marche dessus en bottes de ski. De l’autre côté du stationnement, le torrent s’en donne à coeur joie et fait entendre fortement le son de sa petite chute sous le passage piétonnier. Au dessus de ma tête, un gros corbeau qui chante faux tournoie dans le ciel. Par de danger de me brûler les pupilles; le ciel est aussi gris qu’un samedi de bruine. Ça tombe bien: nous sommes un samedi de bruine. La météo a annoncé du soleil pour l’après-midi. J’ai dû me tromper de date parce que le soleil ne sortira pas de la journée…

Je rencontre un petit groupe de ZoneSki. Je suis heureux de ne pas être tout seul de ma gang. Faut dire que les skieurs ont déserté la station. Une poignée de planchistes s’échine dans le snowpark. Leur musique perce le fond de l’air noir et blanc. Blanc sale, pour être exact. Et noir foncé. De jeunes coureurs travaillent encore afin de s’améliorer. Infatigables! La surface neigeuse est exactement ce que j’attendais d’elle: sale, oui, et granuleuse. Le fond est de cette glace tendre que l’on retrouve sur les pistes damées au printemps. Dit comme ça, ça a l’air drôle, mais en effet la glace est tendre. Mis à carres, les skis ne dérapent pas. Il y a des petites bosses ici et là. Comprenez, partout! En dehors des pistes, entre les arbres, beaucoup de zones dégarnies où l’herbe sera verte dans quelques jours. L’implacable printemps reprend ses droits. Oh, et des vidanges. Des bouteilles vides, des patentes perdues ou abandonnées narguent le skieur assis dans la remontée.

Le site web de la station fait état de deux remontées et de cinq pistes. Le chroniqueur compte une seule remontée et trois pistes. L’une d’entre elles est le domaine des twin-tips et des snow boards. Quand je me présente là pour prendre quelques photos, je détonne. Pas sûr si c’est à cause de mes télémarks ou de mon âge… Quoi qu’il en soit, je me sens aussi à l’aise qu’un rabbin en short dans une mosquée au Texas. Alors, clic, clic, et bye, bye! On en profite pour faire une descente en terrain, disons, moins fréquenté. Mais malgré tout très fréquentable. Dans la remontée, Christophe fait de son mieux pour enclencher les talonnières de… Geneviève. Des virages télémark en alpine touring (en mode rando), oui c’est faisable. Mais, pas trop souvent!

Je skie à mon goût. Les conditions sont typiques de ce à quoi il faut s’attendre à la fin avril. Si vous aimez le ski de printemps, vous êtes au paradis. Si vous n’aimez pas le ski de printemps (dommage!), c’est le temps de sortir votre vélo et d’accrocher vos skis. Demain, dimanche, il fera un soleil splendide et un langoureux 14 degrés. Moi, je serai en kayak sur le fleuve. Mais vous, vous devriez aller faire une couple d’heures de glisse à St-Sau. Ici, la saison n’est pas terminée. Et puis, en chargeant vos skis dans l’auto vous ferez dire à votre voisin « senteux »:  » Chérie, check-lé donc lui le malade, y s’en va faire du ski! Faut-tu être show-off! » Savoir faire durer le plaisir ce n’est pas show-off, c’est hédoniste. Ce n’est pas pareil!

 

 

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

Publier un commentaire

3 Commentaires sur "Sommet St-Sauveur n’a pas encore dit son dernier mot!-22 avril 2017"

Me notifier des
avatar
Photos et images
 
 
 

Le ski était quand même bon hier, il fallait ce tenir sur les bords de pistes pour avoir plus de grip.

Rodrigue Bélanger

Quand même bon oui, quand même bon, malgré la grip en bord de glisse… Euh… Scusez-là.
«Quoi qu’il en soit, je me sens aussi à l’aise qu’un rabbin en short dans une mosquée au Texas.» Trop drôle… Tu sais comment faire image, mon Pat!

Patrick Teasdale

Rod, tu m’inspires la foi! Ça c’est drôle!!

wpDiscuz

À PROPOS DE L'AUTEUR

Patrick Teasdale

Patrick Teasdale aime beaucoup jouer dehors. Télémarkeur depuis longtemps, il explore maintenant les possibilités du ski de randonnée alpine. Il troque volontiers sa pagaie groenlandaise ou ses skis pour une tasse d'excellent thé vert japonais. Un brin poète et idéaliste, il ne demande qu'à être émerveillé par une trouée de lumière, un chant d'oiseau ou une lame de neige. Il aime soigner ses chroniques et ses photos.